Avant de broder..

Pour une fois des mots,
des mots pour vous dire
que je viens voir ce que vous faites,
je viens picorer ce qui me touche,
mais telle une voleuse
qui ne laisse trace de son passage..
je n’y arrive pas ces temps,
je me sens comme tétanisée
par ce qui se passe autour de nous,
je ne comprends plus,
cela me fait peur,
tant de contraintes…
j’en discutais avec un ami Suisse,
de 72 ans, avec un pacemaker,
donc à risque,
qui m’a dit une très jolie métaphore,
mais si juste:

« Cela fait des décennies que l’on sait que rouler trop vite tue tant de gens, mais est-ce qu’un seul gouvernement a fait bloquer les moteurs des voitures à 120 kilomètres heure?.. alors pourquoi, là, tout d’un coup on nous oblige à rouler à 80 km? »

et j’ajouterai qu’en Belgique,
c’est à 40km qu’on nous fait vivre..

je vais continuer à venir déposer mes cafés,
mon sourire de vie
qui bien sûr est toujours là,
mais je me sens fâchée,
profondément fâchée,
et je préfère tenter de
comprendre en silence..

merci pour vos mots,
vos photos
déposés sur vos posts..

à très bientôt,
irène

 

Travailler sur un projet de balustrade…

Irène tetaz

 

Irène tetazIrène tetazIrène tetaz

..et penser à son arrière grand père…sourire

Friedrich von Tiersch

Friedrich von Tiersch
Thiersch, Friedrich von: Justizpalast: Haupteingang Bibliothekssaal (Ansicht, Schnitte). Skizzenpapier / Bleistift, Feder. Imagegröße: 81,9 x 104,9 cm. Signatur: thie_f-19-793

Café vers toi, ma tendre amie

Vers celles qui ne sont plus,
et pourtant là, dans nos cœurs..

Irène tetaz

« ..on lui tend la main en retenant son souffle.
..sont douces et fragiles comme des sabliers..

Irène tetazIrène tetazIrène tetaz

..infimes points blancs ; le vent..
.. se répandent en leurs ombres,..
..au ras du sol. »

Irène tetazIrène tetaz

 

 

 

Café: « le hêtre rouge..

traces..    ..d’une ombre tâtonnant..

Irène tetaz

..qui te lorgne à travers son masque..

Irène tetazIrène tetaz

..un esprit d’herbe ancien.   ..

Irène tetazIrène tetaz

..dehors, parmi les champs, les lacs et les pâtures. »

Un dimanche,

soleil, balade de cour..
un dimanche,
penser en noir et blanc,
enfin..

oser y croire..

un dimanche,
vers tous ceux qui souffrent
de la différence..

Café: « A’près le bambou..

..longues feuilles fines et mobiles..

irene tetaz

..Poètes et peintres aiment à demeurer assis..      

irene tetaz

 ..bercées par cette musique intime.  ..

irene tetazirene tetazirene tetaz

..contrastes. Sur une branche rugueuse..       ..vigueur.. »

 

Passer à l’ombre belle

et l’eau fraîche versée où les oiseaux viendront près de l’érable vif le silence est nappé sur la pierre brûlante et pourtant on dirait que je t’aime dans la liesse alchimique de ne rien y savoir de n’y vouloir surtout que le coup de mon sang les broussailles de mon coeur dans son épaillement passer […]

Passer à l’ombre belle

Touchée, émue.. Allez lire la belle Caroline

Café: N..otre présence au monde..

..paraître ..    ..miraculeuse..
irene tetaz
..et un beau jour..          ..laps de temps..
irene tetazirene tetazirene tetaz
..qui consti- ..        ..le mystère..
irene tetazirene tetaz
..de la beauté. »
                                             ..   café vers toi, cher G.

Café: « P..

..       Plus tard..

irene tetaz

..règle abstraite..                    ..aux grandes entités vivantes..

irene tetazirene tetaz

..L’homme de coeur se plaît..      ..affectionne..

irene tetazirene tetazirene tetaz

..vertu d’un homme.. « 
                                                      François Cheng

Café: « En effet..

..le don de provoquer..        …charnels..     ..sensations nées..

irene tetaz

….état d’harmonie..        ..état d’amour..

irene tetazirene tetaz

..et la vraie vie, à son tour, lui fait signe. »

irene tetazirene tetazirene tetaz

Café: « Réjouir ! ..

..Juste assez encore pour se réjouir..

irene tetaz

..Seulement !        ..assez pour savoir..

irene tetazirene tetazirene tetaz

..Dire ce que..         ..disent tant..  pis que se peut.    ..

irene tetazirene tetaz
..Eux donc les mots.  ..    Réjouir ! »

Café:  » tant celui d’un enfant..

.. Tant mal que pis encore et tout..

irene tetaz

..inclinaison pour tous.  ..  de distance.  ..  dernier en date.  ..
irene tetazirene tetaz
..tendre mémoire..     ..   Dans quel alors trou..   Hors quoi alors? ..
irene tetazirene tetazirene tetaz
..celui d’un enfant..   Pire pourquoi ça de tout ça. »

Café: « Le dire maintenant..

..Tête inclinée.    ..  jusqu’au genoux invisibles. Sans bouger.

irene tetaz

..Puis soudain disparue..      ..soudain réapparue.  
irene tetazirene tetazirene tetaz
..Blanc obscur..   Noir obscur.   ..  Deux libres…
irene tetazirene tetaz
..Désor-
de se
genoux.
‘apparu
’nclinée
invisi-  ..                   ..En haut en bas. Inchangeante. »

Café: « pas concevable. Ni moins. ..

..Suinte retour essayer d’empirer les hiatus.  ..

irene tetaz

..Les mots disparus seulement..       ..la dernière..  ..écarquillés.  ..
irene tetazirene tetazirene tetaz
..loin de clocher. Si loin loin loin de clocher.  ..
irene tetazirene tetaz
Alors que tout vu pareil. Non pas vu pareil. Vu autrement.  .. »
                                                                                                                             Samuel Beckett
J’aurais aimé que ses mots ne résonnent pas si juste.
Mais comment, comment peut on tant oublier l’humain, le vrai, celui du coeur.
Eh oui, c’est rare, mais c’est un café fâché, fâché, comme tant de personnalités
des sciences humaines,
même des personnalités  politiques (sourire): mais comment le projet de
déconfinement belge (et de certains autres pays) peut-il tant avoir
oublier le sentiment d’abandon, d’abandon de tant de personnes?
Alors, faisons attention, certes, mais n’oublions pas ceux d’entre-nous qui ont
besoin de chacun et ouvrons leur notre coeur, et, parfois, même notre porte..
Prenez bien soin de vous, prenez soin des autres, aussi, surtout, ici,
maintenant ..

Café: « de vouloir encore. ..

irene tetaz

..pour retour encore. Retour pour..

irene tetazirene tetaz

..moins lumineux alors mieux..   

irene tetaz irene tetaz
 ..dit dit mal dit.     Tantôt mal dit.. »
irene tetaz
Alors je sais, tu m’aurais dit: « Écoute ton coeur.. »
J’essaie, j’essaie..et je t’écoute encore..

Café: « se mettre debout.

..En faisant attention jamais plus mal raté.  ..

irene tetaz

..Savoir le minimum.      Serait trop beau.    ..

irene tetazirene tetaz

..L’imminimisable minime minimum.  ..
irene tetazirene tetaz
.. Plus qu’à se mettre debout.     ..     Rater mieux..
..Un autre. Dire un autre.     ..   Hélas si. »
                                                                             S. Beckett
Ou bien heureusement « si.    Dire un autre » …sourire

Café: « Ça seul. ..Encore retour..

..Tout?..     Où sinon là elle..

irene tetaz

..La tête incliné..   ..Les mains. Les yeux..

irene tetazirene tetaz

..Face aux yeux..   ..Elle sinon là..

..Encore retour pour mieux mal..

irene tetazirene tetaz

..Une bonne fois pour toutes
 pour de bon. »

 

Parce que la beauté..

..peut se trouver dans l’infiniment petit..

11h15..

irene tetaz

« Étroit..

irene tetaz

..aux yeux..

irene tetaz

..ombre..irene tetaz

..sinon..    ..Non.  ..     ..inclinée..    .. sinon là elle.. »
 
Alors, mon royaume, certes est infiniment petit vu d’en haut, de notre terrasse..
 
12h15..
Mains infiniment grand quand j’y promène mon regard, encore et encore…sourire..
Oser le regard..
Oser le sourire…
13h02..

 

 

Café: « D’abord le corps..

irene tétaz

Le lieu encore. Où nul. Essayer encore..

irene tétazirene tetaz

..Dire un sol. Nul sol mais dire un sol. Pour pouvoir dire douleur.   ..

irene tetazirene tetaz

.. Dire oui pour que les os
puissent tant lui douloir que plus qu’à se mettre debout.
Tant mal que pis se mettre et tenir debout. »
                                                                                         Samuel Beckett

Café: « Une vague.. ..dans la nuit.

..s’éveillent et s’étirent, attirant..   ..les artifices dont est capable le genre..

irene tetaz

..Des bouffées de fumée blanche s’en détachant..      ..quelque chose qui fut soumis
Il y a bien longtemps,..
irene tetazirene tetaz
Se regarder l’un l’autre et rire, ….      ..ce qu’est l’amour pour eux..
Une poignée de main, quelque chose comme un baiser..
irene tetaz
Eh bien, cette soif expliquera certains.. »
                                                          John Ashbery (1927-2017)

café: « ..ne pas être plus prudent..

..l’ombre évidente pour laquelle..   ..dire des choses familières..

irene tetaz

..une nuit où écouter Corelli..   ‘silencieusement exprimées.  ..

irene tetazirene tetaz

..Ordure et cette indécision. Et puis..            ..notre bonheur. »

irene tetaz

Café: « Et c’est comme si.. ..ont le goût du thé..

..Nuages..    ..encore embrasé..

irene tétaz

..On est ici..     ..quelque chose..

Irène Tétaz
Irène Tétaz

..nous vivons..        ..Dans notre grand paysage..

irene tetaz
irene tetaz

..Mais il faut s’installer pour considérer.. »
                                                                    John Ashbery

Café: « son image..

irene tetaz

..densité de lumière..                  ..au visage le garde..

irene tetaz irene tetaz

..L’âme s’établit..

irene tetaz irene tetaz

..Et retourner en toute sécurité chez elle? »

café: « Une Vague..

..en quelque chose d’intime..

irene tetaz

..et absorbée, resta dans l’air..                            ..dormir chez lui. »

irene tetaz irene tetaz

Café: « Roses blanches..

..verts et jaunes…                       Explosions,..

Irène tetaz

..Nuit et jour recommencent !.
..Les fleurs que vous gardiez pour les donner à quelqu’un:   »

Irène tetazIrène tetaz