2 Comments

  1. Un corps d’éponge.
    Un bleu qui danse dans la lumière
    en s’inventant d’autres espaces.
    Des éclats grands comme mille flocons.
    D’amours. Et de blancs.
    Et dans chaque bout de troposphère, le temps pour les tendres.
    Avec tout ce qu’il faut pour y boire les heures.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s