4 Comments

  1. un vent de turquoise en lumière
    entre le matin et le ciel
    nos rires tendres en bandoulière
    comme des novembres au sel de mer
    quelques branches qui goûtent l’ardeur
    entre le jardin et l’alcôve
    et d’autres morceaux de bonheur
    pour y laisser couler le soir…
    tendres bises, bises tendres, irène
    tu dors déjà sans doute
    de ton côté là-bas…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s