4 Comments

  1. il y a la brûlure
    la cinglante
    si proche du soleil
    qu’on s’y mêle parfois
    et il y a la cassure
    souvent
    vu la porte distante
    et puis il y a le cœur
    quand tout peut arriver
    qui chante un requiem
    sur la trame des jours
    fort d’une âme tissée
    des plus tendres errances

    bises d’automne, irène
    en brises d’océan
    vers toi, là-bas
    si près, si loin…

    • et puis, il y a tes mots
      qui me viennent,
      caresse par dessus le bleu de l’océan,
      tendresse si proche
      dans ce lointain…
      merci, tendre caroline

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s