6 Comments

  1. et sur le papier, le fil
    comme chaque infime partie de l’être
    pour épouser le jour..
    la mer, la liberté
    le temps, le vent
    je viens ici baigner mon âme
    plonger mon regard
    au profond de l’instant
    où le sang et le ciel
    se mêlent sans jugement
    … de nos fenêtres aux mille formes
    mille regards qui les traversent
    et le mien, même de loin
    quand il vient s’arrimer au tien
    trouve un air à inspirer
    un sentier où errer..
    confiante

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s