2 Comments

  1. près du bleu et du blanc
    la femme fait sa capture…
    les yeux et la crinière
    des alezans fougueux
    une même soif de vivre
    une douce folie…
    mais l’a-t-il même vue
    qui se tournait vers lui?
    et la beauté du verre
    qui n’en finissait plus…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s