4 Comments

  1. y aller pour la beauté
    jusque dans ce qui se fane
    la beauté
    qui transcende l’instant
    lieu de bonheur et d’errance
    et d’infinies transhumances

    • oui, douce caroline,
      la trace, toujours la trace..
      trace de la beauté éphémère,
      trace de la couleur qui s’éteint,
      dans les roses,
      comme dans le ciel…sourire
      doux réveil,
      belle amie de là-bas..

Répondre à Gilles Labruyère Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.