4 Comments

  1. les arbres savent la neige
    comme l’aubépine, le coeur
    des poèmes en feuilles
    dans l’avalanche des jours
    le sang, les fibres et les branches
    et puis les jours qui passent
    rêvant qu’on les y touche
    entre toutes les nuits…
    merci, tendre toi
    pour cet espace vivant…

    • merci, belle amie,
      merci pour ces mots,
      si beaux,
      ces mots qui sont à la fois,
      l’aubépine et l’arbre,
      qui sont surtout
      toi..
      un si tendre sourire
      par dessus la belle bleue

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s