6 Comments

  1. Dans ce monde que je trouve décousu, une œuvre d’art cousue sur une autre œuvre d’art montre que l’œuvre est d’aller la chercher. Dourire, Irène, pour reprendre un fantastique raccourci d’Aunryz.

    • quel joli raccourci, effectivement…sourire…j’aime bien l’idée « d’aller la chercher »…une belle fin de journée, gilles

  2. cette tasse et son prune
    ça faisait un moment…
    et ce beau doré d’automne
    ‘travers des vents d’âme et de cour…
    la nuit dans ton pays là-bas
    et dans le mien, la fin du jour…
    et si nos vies… comme des barques
    sur les eaux claires
    même brouillées
    et si à bord… même la mer
    vaguant d’autant d’heures et d’amours
    j’avance pour de vrai sur la houle
    devant tous les ciels qui s’ouvrent
    et qui se referment à la fois
    le lien est fort, y a qu’à voir les mains qui se cherchent…
    tendres rêves, belle irène
    et tendre réveil

    • ..merci belle caroline,
      oui, le lien est fort,
      par dessus les vagues,
      à travers le jour et la nuit,
      au delà du temps et de l’espace…
      il dore les jours gris,
      avec un doux rayon de sourire..
      belle et tendre journée à toi..

  3. Je ne me lasse pas ce travail si délicat, si poétique, si féminin et si racé à la fois. Quel plaisir d’être si émue à chaque fois! Très belle journée à toi Iréne.

Répondre à Gilles Labruyère Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s