2 Comments

  1. et cet oeil bleu ouvert
    sur une robe de pluie séchée
    jusqu’à la source de l’amour
    là où s’est ancrée la poussière
    dans la tendresse des heures
    la seiche sait l’effacement
    et les traces nécessaires
    elle connait le fond et le bord
    et la spirale où l’on rit
    autour des feuilles folles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s