4 Comments

  1. entre sécheresse et rosée
    ou dans l’après-pluie d’un matin
    au creux d’une cour de bruxelles
    la vie reprenait un refrain
    celui toujours
    de l’infinie beauté du monde…
    merci, tendre irène

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s