4 Comments

  1. je n’ai rien perdu du désir
    ni le regard et ni non plus
    les nuits vermeilles
    où la claire lune me suivait
    pour qu’avec elle je divague
    pas plus qu’encore je n’ai perdu
    les grands ciels élixirs
    qui ressemblaient à ce désir…
    belle nuit, irène tendre…
    fais de beaux rêves…

    • ..oui, douce caroline,
      bien heureusement,
      et cela se sent si fort…
      doux réveil, là-bas,
      de l’autre côté de la grande bleue..
      et un sourire tendre..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s