6 Comments

  1. dans ta cinquième saison de bruxelles
    où les fleurs se mêlent entre elles
    en une danse nouvelle
    qu’elles-mêmes n’ont pas souvent connue…
    quelle belle liberté que ton jardin de ville
    merci irène, pour les cafés, la beauté,
    la douce escale matinale
    qui dit doucement
    et toujours
    oui à la tendresse
    et non à la violence…

Répondre à Gilles Labruyère Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s