4 Comments

  1. dans un monde qui brûle
    et qui soigne à la fois
    l’ortie la belle et la cruelle,
    l’ortie la grande à la force tranquille
    l’ortie que j’aime…
    et puis la seiche et la rouille qui me parlent
    de liberté et d’errance
    dans le regard et le geste…
    et tout ça qui m’est tendre au fil des jours…
    douce fin de journée, irène
    toi qui te poses le matin
    tel un oiseau d’aube
    de ce côté-ci de l’eau…

    • et au soir d’ici, c’est tes mots que souvent je reçois
      tal un cadeau de fin de journée…
      et l’ortie, c’est en farce de ravioli que je la préfère…grand sourire
      belle et douce journée, tendre caroline

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s