4 Comments

  1. devant l’enfant qui cédait au plaisir
    on les a trouvés lavés
    d’âme et de corps
    en des terres d’ébauche
    avec le mal d’un temps qui sortait de l’ombre
    et l’avancée
    dans son dédale obscur
    d’ignorance et de savoir
    d’impuissance et de pouvoir
    puisque là comme ailleurs
    la densité des heures
    se traverse sans armes
    ainsi danse l’ombre belle

Répondre à irene tetaz Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s