2 Comments

  1. et sur la vague, il est monté
    et de loin, il voyait mieux
    le printemps en hiver
    la mort et la renaissance
    et que les limites
    n’étaient que des contours
    les contours d’un ailleurs…
    encore qu’elle te soit douce, tendre amie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s