2 Comments

  1. « naître par la grâce de l’abandon »
    des mots qui tendent
    comme la rivière vers la mer
    un chemin qui va de soi…
    et combien j’aime ce café
    sanguin et argileux
    de force et de bonté
    et ces fleurs en épousailles…
    belle fin de journée, irène douce
    qu’elle te soit légère et claire

    • merci douce caroline,
      j’ai choisi cette tasse en répond à nos premier oeillets des poètes,
      3 ans que je les ai planté..sourire
      ils sont un peu nés « par la grâce de l’abandon »…
      je n’y croyais plus,
      mais je les ai laissé, parce que mon père les aimaient tant..
      belle soirée, tout là-bas, mais si près…sourire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s