6 Comments

  1. et ces frissons en présage
    dans l’entrebâillement d’un silence
    des mots
    comme un rouge qui danse
    de sang et de flamme
    et l’oiseau qui se pose
    doucement, si doucement sur la peau
    en un souvenir de feu qui vient ravir l’instant
    et embrasser les corps
    infiniment changeants
    infiniment parlants…
    doux matin, belle irène
    ici, la journée était belle
    et j’ai marché
    le manteau grand ouvert…

    • merci encore pour ces mots, si beaux..
      ma matinée fût douce et belle,
      dessin en solitaire d’un premier café,
      puis, café partagé au soleil de ma cour avec une amie ..
      je te l’espère belle et douce aussi, au vent du printemps…..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s