4 Comments

  1. si la parole s’use
    comme l’os et le rivage
    et que la voix devient
    plus légère que l’air
    dans tous les ciels ouverts
    et toutes les tempêtes
    je voudrai boire quand même
    aux couleurs de ce monde
    … merci pour les fleurs du matin, irène…

    • ..et voir encore et encore le printemps renaître, sentir les senteurs de l’été, et s’émerveiller de la lumière de l’automne…tout cela avant ce doux craquement du blanc de l’hiver…
      ..la tempête s’en va, doucement, la nuit, elle, est là…une douce et belle fin de journée, caroline de tout là-bas, mais si près..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s