6 Comments

  1. au fond des heures, une hirondelle
    un monde enfoui dans un piano
    des notes de coeur en sarcelle
    pour ne pas oublier les mots
    ceux-là qu’on traçait sous les branches
    dans les creux chantants de la vie
    par chance le coeur se souvient
    même quand la tempête l’inonde
    que l’amour souffle sous la vague
    et que l’aube embrasse le vent
    … doux doux matin, irène tendre
    dans les couleurs de bruxelles…

    • ..ils sont si beaux tes mots, caroline…ils sont là, comme des fils dorés sur mes cafés…merci, belle, belle caroline…et un tout doux réveil à toi aussi, dans la blancheur de ton chez toi..sourire

      • et mes mots aiment être là
        ta chaleur est d’âme belle
        une orée et un berceau
        et moi
        en tes fils et aquarelles
        je trouve chaque fois un cadeau…
        alors merci, tendre irène

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s