6 Comments

  1. je me souviens je lui disais
    ce matin, ou même demain, si tu voulais
    nos chemins pourraient se croiser
    dans les profondeurs de l’hiver
    à lui
    un homme sans-sourire d’avoir bien trop tremblé
    et moi naïve
    je ne rêvais déjà
    que de nos coeurs
    soudés
    … il me reste ses yeux
    bleus comme l’océan…
    belle nuit irène, dans ton là-bas fleuri
    même quand il ne l’est pas…
    que tes rêves soient tissés
    de fil de ciel et de vent d’aube

    • .. capitaines de nos vies, devenus anges gardiens, j’en suis sûre…sourire…les fils de l’aube scintillent au soleil, il souffle doucement un petit vent de printemps précoce….sourire…je t’envoie un peu de sa douceur…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s