2 Comments

  1. le bleu, la tache, le fil et le comble
    par le geste qui re-trace
    la versance de l’âme
    … ainsi voilà…
    « exposé à la démesure »
    je reviens
    ressurgis
    pour toucher la mémoire
    de l’insondable souffle
    … ne pas voir s’envoler
    où le « destin… s’incline…  »
    ni les heures ni le ciel ni le vent…
    … qu’elle te soit belle cette soirée, irène
    d’ici je t’écris les orteils un peu froids…
    malgré des bas de laine…
    on y sent moins vingt de l’autre bord du mur… sourire…

    • ..merci pour ces mots, si beaux, douce caroline….ici aussi mes orteils sont froids, mais c’est parce que je viens d’ouvrir un peu trop longtemps la fenêtre, pour aérer….sourire…car il fait frais, mais juste frais…sourire encore…
      que la laine te réchauffe les pieds, que la douceur d’une pensée sourire te réchauffe le coeur…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s