2 Comments

  1. à l’aube comme un frisson
    un souffle, un frémissement
    et puis les heures et puis le vent
    en mille et douces saccades d’âme
    là où flageolent jusqu’au dernier
    les tendres et les généreux
    peut-être que la caresse est bleue

    les feuilles de l’érable devant chez moi
    sont déjà orange doré
    le vent les berce tout doucement
    il change plus vite toujours
    que les autres qui vivent sur ma rue
    je n’ai jamais trop su pourquoi

    douce fin de lundi, irène

    • merci, merci, belle caroline, tes mots sont si beaux..sourire..
      l’errance est grande ici, le bleu est tout ouvert, il se laisse aller, caresse, cri, un peu de tout…
      mais je le sais, il n’y a que l’errance qui me fait avancer…sourire…
      que j’aimerais le voir cet érable, son orange doré..sourire encore….douce et belle soirée à toi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s