12 Comments

  1. surtout n’arrête pas… erre, mon Irène… emmène-nous, emmène-moi… dans cette liberté sublime… cette éclosion de l’intérieur… surtout surtout n’arrête pas… il en manquerait à mes jours une ouverture tendre et porteuse… une vision belle du désir… un si doux voyage

  2. Je dénote un peu dans le ressenti Irène, comme si cette errance cherchait à transformer le rouge sang de la douleur cachée, voulait muer dans le rose du plaisir cousu. Les oranges et les carmins se font doux sous l’eau, l’eau du ciel ou des yeux lave et fluidifie ce qui s’est cristallisé jusqu’à le dissoudre, libérer le geste pour lui donner tout l’air auquel il aspire.

    • Tu dénotes si juste, Dominique…difficile que l’actualité ne passe pas dans un tel travail…sourire..alors un grand merci pour ses mots..et une belle journée à toi..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s